Accueil >> Foire aux Questions >> Comment bien choisir la hauteur idéale pour sa véranda ?

Comment bien choisir la hauteur idéale pour sa véranda ?

La construction d’une véranda suppose de répondre à un certain nombre de questions, avant même de débuter le projet. Au-delà du choix de son emplacement et des matériaux à privilégier, il convient de déterminer quelle est sa hauteur idéale. Voici quelques éléments clés pour vous permettre de le déterminer.

 

La hauteur dépend du type de véranda à construire


En premier lieu, la hauteur idéale de votre véranda dépend de sa forme et du type de pièce que vous souhaitez construire :

  •     La véranda en épi s’appuie sur un ou deux murs de la maison. Sa hauteur est librement définie. À noter qu’une terrasse surélevée peut servir à sa construction.
  •     La véranda en appui intérieur repose sur 2 murs existants. Sa hauteur s’inscrit dans la continuité des pièces attenantes.
  •     La véranda encastrée s’appuie sur 3 murs de l’habitation. Son toit vient donc s’inscrire dans la continuité de la toiture de l’habitation.


 

Les conséquences d’une hauteur inadaptée


La hauteur sous plafond d’une véranda diminue progressivement vers l’extérieur. Si elle demeure juste suffisante pour qu’une personne puisse y circuler normalement, le volume sous plafond risque d’être insuffisant pour stocker l’air chaud et vicié, réduisant de fait, le confort climatique de la pièce.

Par ailleurs, si la hauteur n’est pas suffisante, la véranda donnera une impression visuelle déplaisante, contribuant au mal-être de ses occupants.

En conséquence, la très grande majorité des maisons choisit une hauteur sous toiture évoluant entre 3,50 mètres et 2,80 mètres de haut. À noter que le minimum requis est de 2,20 mètres, afin qu’elle observe le dégagement nécessaire à l’ouverture des portes de l’habitation.

 

La hauteur tient compte de la pente du toit


Par ailleurs, la hauteur doit impérativement tenir compte de la pente : à minima de 5 % pour assurer l’évacuation des eaux de pluie. Au-delà, il faut adopter un système performant, comme un chéneau intégré à la structure.

Dans tous les cas, cette installation devra respecter les normes DTU (40.5) stipulant que « les gouttières et chéneaux doivent être établis de telle sorte que les eaux pluviales soient conduites le plus directement possible vers les tuyaux de descente. Les gouttières et chéneaux présenteront une pente au moins égale à 5 mm par mètre. »

/